Health

COVID tue toujours, mais la démographie de ses victimes évolue

Note de l’éditeur : Retrouvez les dernières nouvelles et conseils sur le COVID-19 dans Medscape’s Centre de ressources sur les coronavirus.

Alors que la Californie s’installe dans une troisième année de pandémie, le covid-19 continue de représenter une grave menace de mort. Mais le nombre de personnes décédées – et la démographie de celles qui en sont victimes – a considérablement changé au cours des deux premières années.

Compte tenu de l’immunité collective que les gens ont acquise grâce à une combinaison de vaccination de masse et de protections construites à partir d’infections antérieures, les Californiens dans l’ensemble étaient beaucoup moins susceptibles de mourir de covid en 2022, lorsque la variante omicron dominait, que pendant les deux premières années de la pandémie, quand d’autres variantes étaient largement en jeu, amplifiant une tendance nationale.

Pourtant, chaque semaine, le virus tue des centaines de Californiens, frappant le plus durement les non-vaccinés. Le virus est resté parmi les principales causes de décès de l’État en juillet, derrière les maladies cardiaques, le cancer, les accidents vasculaires cérébraux et la maladie d’Alzheimer, mais dépassant le diabète, la mort accidentelle et une foule d’autres maladies débilitantes. Au cours des sept premiers mois de l’année, environ 13 500 résidents californiens sont morts de covid, selon les données préliminaires des certificats de décès du Département de la santé publique de l’État. En comparaison, le virus a tué environ 31 400 personnes en 2020 et près de 44 000 en 2021.

D’avril 2020 à décembre 2021, le covid a tué en moyenne 3 600 personnes par mois, ce qui en fait la troisième cause de décès dans l’État cumulativement pour cette période, derrière les maladies cardiaques et le cancer. De décembre 2020 à février 2021, il a brièvement dépassé les maladies cardiaques en tant que principale cause de décès, tuant plus de 38 300 Californiens en seulement trois mois. Lors de son pic le plus récent, en janvier 2022, le covid a coûté la vie à environ 5 900 personnes.

Covid est tombé des 10 principales causes de décès pendant une brève période au printemps pour réintégrer cet été alors que la variante omicron continuait de muter. En juillet, même avec plus de 70% des Californiens entièrement vaccinés, le covid était la cinquième cause de décès, écourtant plus de 1 000 vies, selon les données de l’État.

De toute évidence, les vaccinations ont fait une différence. Les taux de mortalité de Covid ont chuté ces derniers mois, car les injections de covid et les infections antérieures offraient à une grande partie de la population une protection significative contre les maladies graves, a déclaré Dr Timothy Brewer, professeur de médecine et d’épidémiologie à l’UCLA. Brewer a déclaré que la variante omicron, bien que plus transmissible que les souches précédentes, semble être une version plus douce du virus. La recherche sur cette question est en cours, mais les données préliminaires suggèrent qu’omicron est moins susceptible de provoquer des maladies graves et la mort, selon le Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophesqui note également que la gravité des symptômes peut être affectée par le statut vaccinal, l’âge et d’autres conditions de santé.

La baisse des décès a été particulièrement frappante parmi la population latino-américaine de Californie.

En 2020 et 2021, les résidents latinos représentaient 47% des décès de covid en Californie – environ 35 400 décès – bien qu’ils représentent 40% de la population de l’État. En comparaison, les Latinos représentaient 34% des décès de covid de janvier à juillet 2022, selon les données de l’État. Cela se traduit par environ 4 600 décès.

À l’inverse, la proportion de décès de covid impliquant des résidents blancs est passée de 32 % au cours des deux premières années de la pandémie à 44 % au cours des sept premiers mois de 2022. Cela équivaut à 24 400 décès impliquant des résidents blancs en 2020-21 et environ 6 000 décès en les sept premiers mois de 2022. Les Blancs représentent environ 35 % de la population de l’État.

Les chercheurs soulignent plusieurs facteurs dans le changement. Au cours des deux premières années de la pandémie, un grand nombre de travailleurs jugés essentiels, qui ont continué à se présenter en personne sur les chantiers, étaient latinos, tandis que les résidents blancs étaient plus susceptibles d’être employés dans des professions qui leur permettaient de travailler à domicile, aux États-Unis. Les enquêtes du Census Bureau le montrent.

“Ils ont juste été davantage exposés”, a déclaré Dr George Rutherford, professeur d’épidémiologie et de biostatistique à l’Université de Californie-San Francisco. “Ils font des travaux essentiels et ont dû quitter la maison et aller travailler.”

Un déséquilibre dans le travail à distance persiste, selon les données du recensement, mais aujourd’hui, la grande majorité des travailleurs latinos et blancs de Californie se présentent au travail en personne.

Seciah Aquino, directeur adjoint de la Latino Coalition for a Healthy California, a déclaré que les efforts pour s’assurer que les tests, les traitements et les vaccinations étaient disponibles pour les communautés de couleur mal desservies avaient également un impact. Et parce que les communautés latinos ont été si durement touchées pendant la pandémie, a-t-elle déclaré, de nombreux Latinos californiens portent toujours des masques. “Ils s’assurent toujours qu’ils restent à la maison s’ils sont malades”, a-t-elle déclaré. “Ils respectent toujours ces politiques même si le récit plus large change.”

L’âge est également un facteur clé dans les changements démographiques, a déclaré Brewer.

Les Californiens âgés de 75 ans et plus représentaient 53 % des décès de covid jusqu’en juillet 2022, contre 46 % en 2020 et 2021. Seuls environ 6 % des résidents de l’État ont 75 ans et plus. Et les Californiens blancs de 75 ans et plus sont plus nombreux que les Latinos dans ce groupe d’âge environ 3 contre 1.

Lors du déploiement initial de la vaccination, la Californie a donné la priorité aux personnes âgées, aux premiers intervenants et aux autres travailleurs essentiels, et pendant plusieurs mois en 2021, les résidents plus âgés étaient beaucoup plus susceptibles d’être vaccinés que les jeunes Californiens.

“Maintenant, les taux de vaccination ont rattrapé à peu près tout le monde sauf les enfants, les moins de 18 ans”, a déclaré Brewer. “Vous le voyez revenir à ce que nous avons vu auparavant, à savoir que l’âge reste le facteur de risque de décès le plus important.”

Plus de 86% des Californiens âgés de 65 ans et plus ont terminé leur première série de clichés covid. Mais la protection offerte par les vaccins diminue avec le temps, et comme de nombreuses personnes âgées se sont fait vacciner tôt, suffisamment de temps s’est écoulé entre leur deuxième injection et la vague omicron du début de 2022 pour les rendre vulnérables. Environ un tiers des Californiens de 65 ans et plus n’avaient pas reçu de rappel au début de 2022, lorsque la vague omicron a culminé, et environ un quart n’ont toujours pas reçu de rappel.

Des changements géographiques dans la prévalence de covid se sont produits tout au long de la pandémie : des épidémies ont frappé une zone tandis qu’une autre est épargnée, puis une autre communauté sert d’épicentre quelques mois plus tard.

Les résidents de la région métropolitaine de San Francisco-Oakland représentaient 7,8% des décès de l’État en 2022, jusqu’au début septembre, contre 5,4% en 2020-21. La région abrite environ 12% des résidents de l’État. La région métropolitaine de Sacramento a également représenté une part plus élevée de décès par covid cette année : 6 % en 2022 contre 4,5 % en 2020-21.

Dans le même temps, les résidents du métro de Los Angeles-Long Beach-Anaheim représentaient 42% des décès de covid en 2022, en légère baisse par rapport aux 43% en 2020-21. La région abrite environ 33% des résidents de l’État. Une baisse similaire s’est produite dans la région métropolitaine voisine de Riverside-San Bernardino.

Encore une fois, l’âge pourrait être un facteur dans les déplacements géographiques. Une proportion plus élevée de résidents de San Francisco et de Sacramento ont 75 ans et plus qu’à Los Angeles et à Riverside, selon les données du recensement.

On ne sait pas si ce changement va durer. Comme le Le Los Angeles Times a rapportéles décès de covid ont augmenté à un rythme plus rapide en juillet dans le comté de LA que dans la région de la baie.

Les données montrent également que la vaccination reste l’un des moyens de dissuasion les plus puissants contre la mort par covid. De janvier à juillet, les Californiens non vaccinés sont morts environ cinq fois plus que les Californiens vaccinés. Mais l’écart s’est réduit. D’avril à décembre 2021, les résidents non vaccinés de Californie sont décédés, en moyenne, à environ 10 fois le taux de Californiens vaccinés.

Brewer a déclaré que l’écart s’était réduit parce que la variante omicron était plus susceptible que les variantes précédentes de “percer” et de provoquer une infection chez les Californiens vaccinés. La variante omicron, bien que moins mortelle, a également infecté beaucoup plus de personnes que les variantes précédentes.

Cette tendance, elle aussi, pourrait s’avérer de courte durée : la prochaine génération de rappels covid se déploie dans tout l’État.

Phillip Reese est spécialiste de la communication de données et professeur adjoint de journalisme à la California State University-Sacramento.

Cette histoire a été réalisée par KHNqui publie California Healthlineun service éditorialement indépendant de la Fondation des soins de santé de Californie.

About the author

admin

Leave a Comment